Condition féminine

Il y a plusieurs décennies, le gouvernement du Québec s’est engagé à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, tant sur la scène nationale qu’internationale. C’est pourquoi il a publié, en décembre 2006, la politique gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait ainsi que deux plans d’action, l’un qui couvre la période 2007-2010 et l’autre, 2011-2015.

Le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, par la mission qui lui est confiée, est un acteur du gouvernement dans la poursuite de ses objectifs. Il s’est associé à d’autres ministères et organismes québécois pour :

  • faire la promotion de modèles et de comportements égalitaires;
  • viser l’égalité économique entre les femmes et les hommes;
  • améliorer la conciliation des responsabilités familiales et professionnelles ou scolaires;
  • adapter des approches en santé en fonction de la situation des femmes;
  • favoriser le respect de l’intégrité des femmes et leur sécurité dans tous les milieux de vie ;
  • encourager une plus grande participation des femmes aux instances décisionnelles.

Ses actions, qui ont trait aux filles et aux femmes en éducation, s’inscrivent dans le plan d’action gouvernemental.

Aux fins de la mise en œuvre du plan d’action gouvernemental, le Ministère travaille avec le personnel scolaire concerné dans les établissements. Il s’associe aussi à de nombreux partenaires, dont le Secrétariat à la condition féminine, le Conseil du statut de la femme et le Secrétariat aux affaires autochtones, ainsi qu’aux ministères suivants : Santé et Services sociaux; Travail, Emploi et Solidarité sociale; Justice; Sécurité publique; Famille; et Immigration, Diversité et Inclusion.

Des prix de reconnaissance pour souligner le travail accompli en matière d’égalité entre les femmes et les hommes et pour améliorer la condition féminine sont attribués par certains ministères et organismes.

Plan d'action - Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait